Livre : Patternmaking for Menswear

Classé dans : Bibliothèque | 4

Il y a un bon moment, j’ai acheté un gros livre sur le modélisme pour homme. Je souhaitais vous en parler parce que je trouve qu’il a pas mal d’atouts dans la manière dont il est conçu.

 

P1040832

 

Une Technique simple et logique.

La technique revendiquée par son auteur, Gareth Kershaw, est très simple et vient du prêt-à-porter. Le corps humain peut se représenter par un patronage de base, sloper en anglais. C’est le buste de base, le pantalon de base, la manche de base, conçus sur des mesures générales (des tableaux de tailles par continents sont donnés au début de l’ouvrage). Pour ceux qui veulent faire du sur-mesure, c’est aussi possible d’utiliser des mesures personnalisées.

 

P1040833

 

Ces trois sloper sont ensuite passés par le prisme des différents critères du vêtement recherché : quel style/fonction (habillé, sport), quelle coupe (ajustée, droite…), quelle mode, etc. ce qui va conduire à créer plus ou moins d’aisance dans chaque patronage notamment. Rappelons qu’il y a toujours de l’aisance dans un vêtement : oui, même les combinaisons en latex sont élaborées avec de l’aisance. Elle est négative pour bien mouler comme sur un legging, mais elle existe !!! Mais à l’aisance « de confort » s’ajoute une aisance « de style » et de fonction même. La salopette possède plus d’aisance que le chino à la taille, le trenchcoat en possède plus que le gilet à la poitrine. Rien que parce que quand on met un manteau sur une veste un gilet et une chemise c’est important de prévoir qu’il y a trois épaisseurs dessous et que notre tour de poitrine a considérablement bougé !

 

P1040837

 

Puis la méthode consiste ensuite à créer le vêtement proprement dit, à travers de nombreux exemples dont je vous parle un peu plus bas, et à en extraire les différents morceaux. Les indications sont très claires  !!ATTENTION!! ce livre est en ANGLAIS ! Les dessins sont très précis et j’ai eu beaucoup de plaisir à essayer certains des patronages proposés (il faut que je fasse des photos).

 

 

Rendre le lecteur autonome.

Ce que je trouve très intéressant également, c’est qu’à travers les différents exemples donnés, on sent vraiment que l’auteur souhaite que nous maîtrisions la réalisation de parties de vêtements autant que celle de vêtements entiers. Je m’explique. Au début de chaque pièce proposée, par exemple le polo, plusieurs éléments constitutifs du vêtement sont donnés et présentés comme des compétences à acquérir dans ce chapitre : la patte polo, le colo, la manche courte, comment on descend une emmanchure pour un effet plus décontracté, etc… Autant de choses qui peuvent se retrouver dans plein d’autres vêtements que l’on voudrait faire par la suite !

 

P1040835

 

Sommaire.

Damned : j’ai oublié de faire une photo du sommaire, j’ai traversé l’Atlantique pou les vacances, alors je devrai attendre mon retour pour réparer mon oubli ! En tout cas il faut savoir que plusieurs parties sont abordées : hauts (chemise, polo, hoodie…), pantalons (chino, jeans, survêtement, pantalon à pinces, baggies…), pièces à manches (veste tailleur, blousons bombers, etc…), manteaux (pardessus, parka, manteau long, croisé…), salopettes et que sais je encore…

 

P1040838

 

Pour conclure.

Donc je trouve que c’est un pari réussi que de proposer à la fois de guider le lecteur pour faire une pièce de A à Z s’il le souhaite. Donc si je veux faire une parka, je prends le chapitre proposé, je fais tout ce qu’on me dit de faire et normalement j’arrive à la fin avec un patronage. Mais en même temps il lui donne les clefs pour transformer lui-même et concevoir les prochains patronages en fonction de ses envies et idées. Si je veux réaliser un manteau trois-quarts avec un double boutonnage, une manche raglan, un col officier : je peux en piochant à droite et à gauche dans les différent chapitres.

 

P1040834

 

Avertissements importants néanmoins :

  • Ce livre est intégralement écrit en ANGLAIS. Si vous n’aimez pas la langue de Shakespeare, je vous le déconseille. Si en revanche vous n’êtes pas très à l’aise mais que vous avez déjà pratiqué la couture avec des livres en anglais, il n’est pas plus compliqué qu’un autre.
  • Ce livre est un manuel de modélisme et pas de confection. Une fois les morceaux du vêtement extraits, aucune indication de montage n’est fournie : ce livre suppose que vous savez comment on monte un blouson avec zip et il vous apprend seulement à en dessiner un. Je ne trouve pas que ce soit un mal, au contraire : cet ouvrage traite son sujet sérieusement sans vouloir parler de tout à la fois et je trouve ça très bien. Il y a de très bons livres sur le montage par ailleurs.
  • Il y a un deuxième livre qui possède quasiment le même nom : Patternmaking for menswear: classic and contemporary. Je ne dis pas que ce n’est pas bien, je dis juste que je ne l’ai pas acheté et que je ne sais pas ce que c’est. Allez regardez sur le lien si dessous au moins pour voir à quoi ressemble la couverture.

 

Si vous avez envie de l’acheter, vous pouvez vous le procurer ici et je vous souhaite de bien vous amuser !

 

A très bientôt,

A.

4 Réponses

  1. Christiane Quidet
    Encore un livre en anglais il n’est donc pas pour moi.
    • Augustin
      Eh oui, Christiane, j’en suis bien désolé. Je dois dire que je trouve que nos amis anglais sont bien plus gâtés que nous en littérature sur la couture ! Une fois qu’on a passé les « Je débute la couture », « 10 robes tuniques faciles » et « Mes premières pochettes cousues main » (je n’ai rien contre dans l’absolu mais c’est assez limité tout de même), on est rapidement coincé sur le plan technique.
      Question modélisme, il y a des choses. Pour les hommes, toujours moins, il est vrai, mais ça existe. En revanche, question assemblage, c’est très pauvre ! alors qu’en anglais on trouve vraiment de belles choses.
      Alors navré si je dois vous faire saliver pour rien à chaque fois, chère Christiane ! ne désespérons pas que les traductions arrivent un jour ! et en attendant cet atelier tâchera de parler des acquis à partir de ces livres notamment, afin de tenter de faire avancer le schmilblick !
  2. Ouh, ça, ça me semble être un investissement intéressant! Merci pour le retour!

Laissez un commentaire