Utilisez de l’amidon !

Classé dans : Non classé, Trucs et astuces | 6

J’ai eu le loisir de lire plusieurs articles ou passages de livres sur l’usage qui était fait autrefois de l’amidon. Cette substance, présente dans le riz par exemple, servait semble-t-il à rigidifier principalement cols et poignets de chemises qui étaient en contact avec le corps et très exposés aux marques de transpiration et aux salissures.

 

L’amidon avant…

Le col et les poignets étaient d’ailleurs détachables du reste de la chemise, portés au pressing séparément, permettant donc de porter le même « corps » de chemise avec plusieurs types de cols ou de manchettes (c’est un autre nom pour le poignet apparemment).

Au pressing, les cols et poignets étaient carrément mis à bouillir, lavés avec force détergents, puis trempés dans un bain d’amidon très concentré et pour finir passés sous une presse circulaire qui leur redonnait une forme arrondie. Cependant, rien de confortable au final. Ces deux parties de la chemises, dures comme du cartons, entravent les mouvements du corps, agressent la peau de l’utilisateur. C’était pourtant l’habitude.

P1000950
L’amidon Remy, ici dans sa version liquide

 

Quand j’ai découvert l’amidon

Je n’avais jamais entendu parler d’amidon depuis mes débuts en couture jusqu’à ce que je  lise le livre de David Coffin sur les chemises. Il explique aimer amidonner ses chemises légèrement avant de les repasser, à l’aide d’un pulvérisateur, et même amidonner un peu  plus les cols et poignets. Cela lui permet d’utiliser une triplure moins épaisse lors de la confection de la chemise. Une belle apparence de finesse donc sur la chemise qu’il coud,  mais dont la tenue est impeccable grâce à l’amidon.

Ni une ni deux j’ai essayé. Je suis donc allé acheter le seul amidon que j’ai pu trouver, l’amidon Rémy (je ne veux pas faire de pub mais c’est la seule marque que je connais !), disponible sous plusieurs formes (liquide, en poudres différentes suivant  qu’on en veut pour  le linge ou… le bain, car il paraît que c’est bon pour la peau aussi).

 

Utilisations de l’amidon

Mes premiers essais ont été assez moyens car je ne savais pas comment doser mon amidon. Mais une fois que j’ai eu trouvé j’ai été ravi. Je place donc l’amidon dans un pulvérisateur, j’y ajoute de l’eau déminéralisée (1 amidon pour 8 eau) et je pulvérise sur mes chemises, et c’est parfait.

Une autre utilisation que je trouve fantastique et qui paraîtra plus pratiques à certains c’est que je place un bouchon d’amidon dans le compartiment destiné à l’assouplissant dans la machine lorsque je lave mes chemises. L’effet est absolument spectaculaire et à chaque fois que je retrouve mes chemises sèches on pourrait sans peine tourner un pub du genre « oh mais c’est vraiment magique l’amidon, que mes chemises sont douces !!! »

Il va sans dire que l’opération de repassage sur des chemises amidonnées pendant ou après le lavage est considérablement facilitée. Le fer glisse tout seul !

Le port de la chemise amidonnée légèrement est tout simplement merveilleux. Le tissu retrouve ce que l’on appelle son apprêt, c’est-à-dire sa douceur et sa résistance aux tâches ou à la poussière. L’amidon a non seulement pour effet de rendre le tissu plus agréable au toucher, il a aussi pour propriété d’agir comme une couche protectrice, ce qui rend la matière légèrement imperméable et plus solide.Un petit bémol, c’est que trop d’amidon dans la solution a vaporiser sur la chemise laisse parfois des tâches blanches et fines si la couleur du vêtement est sombre, je vous conseille donc de faire un essai sur un endroit qui ne se voit pas avant. Sinon pas de panique : l’amidon ne tâche pas bien évidemment… mais vous devrez relaver votre chemise !

Je n’utilise l’amidon que sur le coton et n’ai pas encore essayé sur la soie, la laine, mais n’hésitez pas à me dire si ça marche !

 

Faire soi-même son amidon

L’amidon est présent dans les patates ou le riz, et il n’est donc pas difficile de le faire soi-même. Je n’ai pas encore essayé, aussi je vous propose d’aller regarder sur un des nombreux sites qui proposent une marche à suivre, comme celui-ci.

 

A bientôt et bon repassage !

A.

6 Réponses

  1. Bonjour,
    Encore une fois un article super intéressant. Je lis ton blog depuis quelques jours seulement mais tes articles sont vraiment bien écrits et aussi bien plus pertinents que ce que je lis habituellement ailleurs. Tu parles technique, et tu illustres bien tes propos avec des exemples. En fait, ton blog est ce qui se rapproche le plus des blogs anglo-saxons sur la couture, et c’est un compliment.

    Concernant l’amidon, je me souviens que ma grand mère utilise une bombe de « fabulon » pour les cols de chemise.
    Je pense que je vais essayer d’en trouver pour tenter le coup, je fais (enfin… faisais! Depuis que j’ai mon fils, je ne fais plus grand chose d’aussi long et nécessitant de l’attention) souvent des chemises à mon mari et si la tenue est vraiment améliorée, pour le prix que ça coûte, je veux bien tenter l’expérience.

    Très bonne continuation!

    • Augustin
      Chère Anne,
      merci pour ces compliments. Je connais le fabulon, on le trouve en grande surface même et il y a plusieurs années, alors que je ne cousais pas encore, j’avais décidé d’acheter son équivalent cheap, genre leader price. C’avait été un désastre et du coup je n’ai jamais acheté la vraie.
      Si tu as plaisir à faire des chemises à ton maris et que tu es familière des lectures anglo-saxonnes, je pense que tu connais le livre de David Coffin sur les chemises. Sinon je t’en conseille vivement l’acquisition, c’est une vraie mine !
      Au plaisir.
      A.
  2. Ahh Shirtmaking! Je l’ai reçu pour Noël! Je suis encore en train de le lire et de mettre des post-it un peu partout, une véritable mine! En effet, certainement la meilleure référence dans ce domaine.
    • Augustin
      shirtmaking est vraiment superbe, j’ai vu des professionnels écrire à David Coffin sur des sites pour dire qu’ils avaient son livre quasiment sur leur table de chevet ! je ferai un article dessus un de ces jours je pense.
  3. […] y est j’ai fait mon premier amidon maison ! en écrivant l’article sur l’amidon il y a quelques jours, j’ai trouvé ça dommage de n’avoir pas essayé moi-même. Donc […]
  4. […] rajoute enfin de l’amidon que je fais moi-même comme ça, que je dilue un peu. J’adapte la quantité à la dose de […]

Laissez un commentaire